Les H.B.T.

 

HISTOIRE DES HÔPITAUX DU BASSIN DE THAU 
 
E
n 1671, lorsque le curé de Saint Joseph mentionne sur son registre un Hôpital à Cette, il ne s’agit que d’une Petite Maison élevée au dessus des carrières du port et dominant la future rade, dans le Quartier Haut, sur la future place de l’Hospitalet (qui signifie « petit hôpital »). Son utilité n’est pas surfaite vu le nombre important de travailleurs, tailleurs de pierre notamment, venus des Cévennes, du massif central ou de Provence à partir de 1669, après l’adjudication des travaux portuaires enlevée par Riquet et suite à l’insistance de Colbert pour que la jetée avance bon train.
 
Cette petite maison du quartier Haut, baptisée pompeusement Hôpital par le curé des métairies n’était en fait qu’un centre de premiers soins d’urgences pour les blessés qui travaillaient à la jetée. Les accidentés (ou malades) étaient ensuite transportés vers l’Hôpital tout proche de Frontignan.
 
Plus tard, en 1691, un Bureau de la Santé fut créé à la place actuelle de la criée, pour accueillir les marins en quarantaine.

La création du premier hôpital de Sète, l'Hôpital Saint Charles, fut décidée les 1er et 2 octobre 1713 par Philibert de Pasfenquienne, Evêque d'Agde.
 
Des acquisitions successives permirent à l’Hôpital de s’agrandir. En mai 1720, les pénitents de Sète acquirent la Maison de Sieur Allemand au profit de l’Hôpital, l’ensemble se situant place de l’Hospital et en septembre 1732, des travaux sont entrepris pour séparer les femmes des hommes. En mars 1745, un registre est ouvert pour tenir l’entrée et la sortie des malades. L’Hôpital est actif et devient vite très insuffisant. Les locaux sont vétustes et inadaptés, les salles communes sont sans confort, le bloc opératoire est limité et les installations médico-techniques sont réduites.
 
Il faudra attendre 1844 pour que soit décidée la construction d’un nouvel hôpital : celui-ci sera finalement mis en service en 1847, boulevard Danielle Casanova en centre-ville à SETE. Sa création incitera d’ailleurs la Mairie de Sète à créer une esplanade à proximité, où se trouvaient les jardins maraîchers.
 
En 1855, l’Hôpital du Lazaret viendra compléter l’équipement de l’Hôpital Saint Charles. Il sera un temps un centre héliomarin puis prendra en charge les personnes âgées et les déments.
 
Presque 140 ans plus tard, en 1985, le nouvel hôpital de SETE, sur l’emplacement actuel, voit enfin le jour.
 
En 1990, le Hameau Résidentiel des PERGOLINES, qui comprend un service de soins de suites, et plusieurs unités de soins de longue durée et de maison de retraite, ouvre ses portes à quelques encablures du site principal.
 
En 1993, le Service de Psychiatrie vient compléter l’offre de soins du nouveau site hospitalier.
 
En janvier 1999, le Centre Hospitalier de SETE fusionne avec l'Hôpital Local Intercommunal d'Agde-Marseillan et devient le Centre Hospitalier Intercommunal du Bassin de Thau (CHIBT).
 
 
Il se développera rapidement à compter de cette date, pour ne citer que les extensions majeures :
 

2001
Ouverture de nouvel Institut de Formation en Soins Infirmiers et de l’Espace Formation,
2002
Ouverture de la « maison de retraite » (soins de longue durée et établissement hébergeant des personnes âgées dépendantes, EHPAD) Claude GOUDET à MARSEILLAN,
2006
Ouverture du Centre de Soins Polyvalent à AGDE (près de 100 lits et places) et de la maison de retraite EHPAD L’Estagnol à VIAS.
2011
Ouverture d'une IRM
2012
Ouverture d'une unité d'Hospitalisation à Domicile, qui dessert 14 communes du Bassin de Thau
2012
Ouverture de l'établissement hébergement des personnes âgées dépendantes (EHPAD) Laurent Antoine à AGDE.
2013
Ouverture du nouveau plateau technique abritant les Urgences, l'unité d'hospitalisation de courte durée, l'Imagerie Médical 'incluant l'équipement d'un scanner 64 barrettes) et la Réanimation-Surveillance Continue ainsi qu'une zone d'héliport.
2014
Ouverture de la maison des usagers

 

 

En 2012, le Centre Hospitalier Intercommunal du Bassin de Thau (CHIBT) prend l'appellation des Hôpitaux du Bassin de Thau (H.B.T)

 
Bien entendu, ce développement des structures hospitalières ne résume pas toute l’évolution de l’histoire des H.B.T. depuis 1985 :
 
- L’hôpital a diversifié ses activités
 
Il a,  sans exclusive ni volonté d’hégémonie, développé en réseau, notamment avec le CHU de MONTPELLIER, des modes de prises en charge nouvelles (médecine puis chirurgie ambulatoires, Psychiatrie adultes puis infanto-juvénile, soins palliatifs, soins gériatriques adaptés, spécialités chirurgicales, approche mère-enfant, Centre de Dépistage Anonyme et Gratuit, Permanence d’Accès aux Soins de Santé…).
 
- L’hôpital s’est réorganisé et renforcé  pour pouvoir faire face à ses nouvelles missions 
 
L’hôpital s’est d’abord organisé en départements, puis en pôles d’activité. Il a mis en œuvre une politique de formation innovante. Il s’est progressivement informatisé. Il s’est inscrit dans une démarche d’amélioration continue de la qualité, qui lui a permis d’obtenir une certification "sans réserve" par la Haute Autorité de Santé (HAS) en 2013.
 
Ses effectifs globaux sont passés de 600 personnes en 1985 à 1 500 actuellement, et l’effectif médical a été particulièrement renforcé.
  
 
A compter de 2015, trois principaux projets vont structirer le devenir de l'hôpital:
  

-         La construction d'un nouveau bloc opératoire, objectif stratégique inscrit au Projet d'Etablissement 2014-2019,
-         La rénovation de l'unité Néonatalogie dans le cadre de l'obtention du niveau maternité 2A
 
-         L'Informatisation du Dossier Patient 
 

Le fil conducteur de cette déjà longue histoire est la volonté de progresser encore et toujours au service permanent du public, malgré les difficultés qui peuvent être rencontrées.
 
Il faut pour cela l’énergie, l’inventivité et le courage de tous les acteurs de la communauté hospitalière que nous formons avec les Présidents de Conseil de Surveillance qui se sont succédé.